Actualités

Membres des instances fédérales

Secrétariats fédéraux :

Secrétariat fédéral à la trésorerie : Jean-Charles Balardy / Elisabeth Claverie

Secrétariat fédéral à l’administration, au secrétariat, à l’organisation de la fédération et aux relations avec les élus socialistes : Heidi Brethes / Patrick Cabrolié

Secrétariat fédéral à la communication, à la formation, à l’accueil des nouveaux militants et à la coordination des secrétaires fédéraux : Geneviève Parent / Jean Tkaczuk

Secrétariat fédéral aux relations avec les partenaires politiques et avec les syndicats : Sylvie Bibal-Diogo / Antoine Khademi

Secrétariat fédéral à la renaissance, aux événements, aux actions militantes et aux relations avec les sections : Eva Géraud / Frédéric Pallier

Secrétariat fédéral à la communication numérique et aux réseaux sociaux : Jolan Remcsak

Secrétaires fédéraux délégués :

Secrétaire fédéral délégué à l’Europe et à questions internationales : Jolan Remcsak

Secrétaire fédéral délégué à l’économie et à la culture : Freddy Ficcara

Secrétaire fédéral délégué à l’égalité femmes/hommes : Céline Cammas 

Bureau fédéral

Titulaires : Patrick Cabrolié, Céline Cammas, Elisabeth Claverie, Robin Cot, Claire Fita, Boukil Hamria, Patrice Kalfa, Antoine Khademi, Mylène Kulifaj-Tesson, Geneviève Parent, Vincent Recoules, Sandrine Soliman, Jean Tkaczuk

Suppléants : Laurent Bonnays, Remi Massié, Cathy Muller, Frédéric Pallier, Eliane Pujatte, Jean-Claude Rostin-Magrin, Patrick Vieu

Conseil fédéral

Au titre des motions

Titulaires : Jean-Charles Balardy, Pierre Bangi, Sylvie Bibal-Diogo, Laurent Bonnays, François Bouyssié, Heidi Brethes, Patrick Cabrolié, Céline Cammas, Elisabeth Claverie, Robin Cot, Jeanne Ginette, Boukil Hamria, Paul Juarèz, Antoine Khademi, Mylène Kulifaj-Tesson, Jean-Paul Lubin, Francis Maffre, Cathy Muller, Fédéric Pallier, Geneviève Parent, Eliane Pujatte, Christophe Ramon, Vincent Recoules, Jolan Remcsak, Jean-Claude Rostin-Magrin, Sandrine Soliman, Jean Tkaczuk, Patrick Vieu

Suppléants :  Laurence Aupied, Florence Belou, Mathieu Bless, Claire Dreuilhe, Boris Duponchel, Veronique Frayssinhes-Garcia, Martine Gilmer, Sege Lechevallier, Anne-Marie Roquelaure, Nathanaël Suaud, Myriam Vidal

Au titre des sections

Titulaires : Jean-Louis Azémar, Pierre Battaglia, Sebastien Brayle, Olivier Delbos, Daniel Derrac, Claire Fita, Benoît Ibars, Marc Izquiero, Patrice Kalfa, Lysiane Louis, Remi Massié, Martine Moron, Baptiste Quirant, Jean-Claude Rostin-Magrin

Suppléants : Alain Brest, Francis Nicouleau, Max Roques, Nicole Sanchez

Membre de droit (parlementaire) : Thierry Carcenac

Bureau fédéral des adhésions :

Président : Dominique Ramuscello. Membres : Yvan Bonhomme, Marie-Claude Dreuilhe, Marylise Fantin, Geneviève Lavinal, Michel Mazel, Guy Vieu

Commission des conflits :

Président : Marjorie Abauzit. Membres : Sophie Gilbert, Jean-François Gilmer, François Llonch, Serge Mieusement, Xavier Parent, Johan Ricci

Commission de contrôle financier :

Président : Thierry Ichard. Membres : Jean-Pierre Beaucourt, Francis Blanc, Marc Boudier, Eric Géraud, Jacques Magot, Alain Maurette

Publicités
Article mis en avant

Mot du Premier Secrétaire fédéral

Le Parti socialiste reste aujourd’hui un parti de gouvernement qui a amené du progrès social en France.

Le Parti socialiste a permis des avancées, des acquis sociaux et de gommer des inégalités. Il y a encore beaucoup à faire et il n’y a plus de place pour la division.

Nous devons être unis, et refaire de la politique aux cotés des classes populaires et moyennes, des retraités, des fonctionnaires et de la jeunesse…

Ensemble réinventons une politique où le Parti socialiste redeviendra le Parti de Gauche qui donne envie.

Nous devons réaffirmer avec force et conviction notre opposition au gouvernement Macron- Philippe.

Nous devons fortement nous opposer aux mesures injustes. Nous devons fortement nous opposer aux mesures qui favorisent les plus puissants au détriment des plus faibles.

Nous ne pouvons pas accepter la suppression de l’impôt sur la fortune votée par les députés de la majorité qui coutera environ 5 milliard à l’Etat. Une somme insupportable lorsque l’on sait qu’elle sera compensée en partie par une hausse d’impôt qui va toucher les contribuables et notamment les plus modestes, compensée par une augmentation de la CSG des retraités, voire par l’idée d’une nouvelle journée de travail de solidarité pour les salariés. Ce n’est pas en supprimant l’ISF, un impôt socialement juste, une « lubie »  du MEDEF disait Macron en 2014, que la France sera plus attractive.

Le Parti socialiste n’aurait jamais mené une réforme du ferroviaire sans concertation. Le gouvernement actuel veut passer en force une réforme alors que rien ne l’impose dans la directive européenne relative au quatrième paquet ferroviaire. De plus, l’Etat peut privilégier l’option Obligation de Service Public (OSP) afin de garantir le principe de péréquation, qui est au cœur des enjeux de cohésion territoriale. L’OSP permet à l’Etat de maintenir les principes de régulation tarifaire et de maintenir les tarifs existants. Macron, lui veut choisir le modèle du « libre accès » pour nous diriger vers une libération à outrance du secteur ferroviaire avec des conséquences négatives en matière de cohésion territoriale. Le « libre accès » engendrera un abandon des lignes non rentables par les opérateurs privés, qui ne proposeraient que des services sur les lignes rentables. Ce faisant l’opérateur du service public ne pourrait plus réaliser des marges sur les lignes rentables qui lui permettent de compenser les pertes des lignes dites moins rentables. Avec les cheminots, nous devons défendre les conditions indispensables pour la qualité d’un service public sur l’ensemble des territoires.

Que dire de la circulaire Collomb et de la loi « Asile et immigration » portées par le gouvernent, qui sont une atteinte aux traditions et à l’honneur de la France. Une loi qui ne répond en rien aux situations humaines des réfugiés, ni à l’exigence de régulation humaine du système d’asile. C’est un texte pour plaire aux électeurs de la droite et de l’extrême droite. La preuve en est : c’est la première fois qu’un gouvernement obtient le soutien de l’extrême droite sur certains articles de la loi.

Que dire aussi de la faible réaction du ministre de l’Intérieur et son absence d’intervention pour mettre un terme à l’opération de rétablissement symbolique de la frontière franco-italienne initiée par les membres de « Génération identitaire ».

La France ne doit pas être un Etat de politique autoritaire, injuste, libérale et qui monte les citoyens les uns contre les autres.

Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin de solidarité et de progrès partagé pour restaurer et conserver les avancées sociales acquises par le passé.

Face à cette mauvaise politique du gouvernement Macron-Philippe le Parti socialiste a plus que jamais un rôle important à jouer.

Imprimer

Résolution du Conseil national du Parti socialiste

Votée à l’unanimité lors du Conseil national du 15 avril 2018,

Chaque jour, les mobilisations des salariés, des fonctionnaires, des cheminots et des étudiants s’intensifient. Nous soutenons et respectons ce mouvement social aux multiples visages et son autonomie. Il défend des valeurs et des conditions indispensables à la cohésion sociale de notre pays. C’est pour cela que nous, socialistes, y prenons part.

Ce mouvement se dresse face aux orientations libérales et arbitraires du Gouvernement. Nous l’appelons à entendre cette mobilisation, notamment celle contre la réforme de la SNCF et la menace de sa privatisation, pour ouvrir de véritables négociations avec les représentants des salariés, des fonctionnaires et des cheminots.

Le gouvernement doit également répondre aux attentes de l’ensemble des Français qui s’expriment, en particulier la jeunesse et les étudiants. La réussite de tous doit rester une priorité.

Notre pays refuse une politique autoritaire, injuste, libérale qui monte les citoyens les uns contre les autres.

Plutôt que d’installer un climat de défiance, notre pays a au contraire besoin de solidarité et de progrès partagé pour reprendre le cours de son histoire faite d’avancées sociales en s’appuyant sur un service public conforté dans sa mission et la conquête de nouveaux droits sociaux.

Dans cet état d’esprit le PS demande à tous ses militants d’être présents :

–          Dans les mobilisations unitaires des fonctionnaires et des cheminots du 22 mai ;

–          Dans les évènements du 1er mai, date qui symbolise le combat du mouvement ouvrier pour le droit de grève, les droits universels et la dignité humaine.

Mot du Premier fédéral

nouveau logo PS tarn.JPG

Cher-e camarade,

Le Congrès va bientôt arriver à son terme.

Après avoir donné le 15 mars une majorité au texte d’orientation d’Olivier Faure, vous lui avez renouvelé votre confiance.

À travers l’expression de votre vote vous avez confirmé Olivier Faure au poste de Premier secrétaire national de notre parti, le Parti socialiste.

Le calendrier de notre congrès étant très serré, ce fut une campagne courte mais dense, une campagne dominée par le respect, la camaraderie et la bienveillance.

Je tiens avec insistance à remercier l’ensemble des candidats et les militants pour ce remarquable état d’esprit.

Aujourd’hui tout est réuni, on peut collectivement se tourner vers l’avenir.

Vous avez été plus de 59 % à m’avoir renouvelé votre confiance, je vous en remercie.

Après un an passé à la tête de notre fédération dans une période assez singulière, la confiance que vous m’avez accordée à travers ce vote me touche énormément.

L’exercice de Premier fédéral reste un exercice passionnant mais très exigeant. Il y a beaucoup d’attentes de la part des militants, je le sais.

Je mesure le chemin parcouru,  je mesure aussi tout le chemin qu’il nous reste à parcourir.

Je continuerai à m’engager sans compter avec vous pour porter  la refondation de notre parti.

Tous ensemble, nous allons accompagner Olivier Faure dans cette aventure d’espoir et de renaissance pour le Parti socialiste.

Nous construirons ensemble ce parti d’opposition audible, crédible, visible et porteur  d’espoir face au  libéralisme et au capitalisme croissants et toujours plus opprimants pour les plus défavorisés.

Dès la fin du Congrès, sans attendre, notre Fédération va se tourner définitivement vers l’avenir.

Je proposerai à tous les militants, à tous les élus, quelles que soient leurs sensibilités, à participer à l’ensemble des travaux de notre Fédération.

Chacun d’entre nous doit pouvoir, à son niveau apporter son expérience, ses compétences pour dynamiser et porter notre parti au plus haut niveau de nos espérances.

Retrouver au plus vite la capacité de gagner de nouvelles élections,  les citoyens de gauche nous attendent.

Vive le socialisme, vive le Parti socialiste.

Vincent RECOULES

Premier secrétaire fédéral

Congrès d’Aubervilliers: vote du 15 mars

Federation parti socialiste Tarn Congres 2018

Le 15 mars, les militantes et militants socialistes sont appelés à s’exprimer sur les textes d’orientation ainsi que sur les rapports d’activité national et fédéral.

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des documents:

Rapport d’activité national:

Rapport d'activité Parti socialiste national

 

Rapport d’activité du Bureau National des Adhésions:

Rapport d'activité Bureau National des adhesions

Rapport d’activité de la Commission Nationale des Conflits:

Rapport d'activité CNC PS

Rapport d’activité fédéral – Tarn:

Rapport d'activité Parti socialiste federation Tarn

 

 

Congrès d’Aubervilliers. Inégalités et modèle économique : qu’en pensent nos premiers signataires ?

Quand l’actuel Gouvernement met en place une politique en faveur des « premiers de cordée », les socialistes, eux, se battent pour l’égalité. La lutte contre les inégalités est au cœur du projet socialiste, elle est l’un des piliers de notre engagement. Face à une politique en faveur des riches, retrouvez ce que proposent les premiers signataires des quatre textes d’orientation !

Congrès d’Aubervilliers – Les 4 textes d’orientation

Le conseil national du 27 janvier a enregistré 4 textes d’orientation :
Texte d’orientation 1 – Un progrès partagé pour faire gagner la gauche, premier signataire Luc CARVOUNAS:
Carvounas
Mandataire départementale: Martine DASTE-MORON

Texte d’orientation 2 – Cher.e.s camarades, premier signataire Stéphane LE FOLL:

Le Foll
Mandataire départemental: M. Nathanaël SUAUD

Texte d’orientation 3 – Socialistes, le chemin de la renaissance, premier signataire Olivier FAURE:
Faure

Mandataire départemental: M. Vincent RECOULES


Texte d’orientation 4 – L’Union et l’espoir, premier signataire Emmanuel MAUREL:
Maurel
Mandataire départementale: Mme Sandrine SOLIMAN

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑